Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2010

Journée du développement durable du 28/03/2010

Dimanche 28 mars 2010, Halle Emile SOULIER, LA GRAND’CROIX

Cette journée du développement durable s'est déroulée selon trois axes:

  • L'axe scientifique avec la conférence de J.L Fugit sur la qualité de l'air
  • L'axe philosophique avec l'intervention d'O.Ponton sur la notion de responsabilité
  • L'axe environnemental avec projection du film "le pollen de le discorde"

L'axe scientifique avec la conférence de J.L Fugit sur la qualité de l'airIMG_6547.jpg

Conférence : « La pollution de l’air : description, conséquences, perspectives…lien avec le développement durable », par Jean-Luc FUGIT, Chimiste de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne

Objectif de la conférence : Transmettre des informations, permettre leur appropriation, montrer le rôle du politique, échanger entre concitoyens…

Plan d’intervention : Le contexte ; La pollution de l’air c’est quoi ? ; La réglementation – La loi sur l’air ; Le dispositif de surveillance ; Les enjeux sanitaires et environnementaux ; Perspectives…lien avec le Développement durable ; Conclusion et …échanges avec la salle

Résumé intervention JLFugit Horizon 28 mars 2010.doc

1) La préservation de la qualité de l’air est devenue aujourd’hui un enjeu sanitaire, économique, juridique, environnemental et donc politiquement planétaire !

2) La quantification, la mesure de l’impact et la prédiction de la pollution de l’air sont délicates à appréhender car elles dépendent de nombreux paramètres : échelles de temps et d’espace, modes de vie, technologie, choix politiques etc…

3) Les impacts

Nous voyons à travers l’étude des émissions et du devenir de certains polluants, que la pollution de l’air se caractérise par des impacts:

a-sur la santé,
b-sur la croissance des végétaux,
c- sur l’aspect extérieur des monuments.d- mais il existe un autre impact lui aussi très important de la pollution atmosphérique : UNE AMPLIFICATION DE L’EFFET de SERRE ! C’est un impact environnemental global.


4) Conclusion

L’objet de la conférence a été de montrer que la problématique de l’air ne se réduit pas à la question du CO2 ! Le conférencier s’est attaché à montrer qu’il faut aller sur le terrain des politiques intégrées qui prennent en compte aussi bien le changement climatique (CO2) que la pollution atmosphérique aux différentes échelles spatio-temporelles (oxydes d’azote, poussières, ozone …).

Mais pour espérer qu’un jour « chacun ait le droit de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé » il faut adopter une démarche de société intégrant tous les aspects du développement durable !

Contact : jeanluc.fugit@orange.fr


-------------------------------------------------------------------------------------

 

L'axe philosophique avec l'intervention d'O.Ponton sur la notion de responsabilitéIMG_6572.jpg

Introduction

En préparant cette journée, cette première rencontre du développement durable, nous en sommes venus à nous mettre d’accord sur deux points qui nous on semblé particulièrement importants :

1) l’idée que le développement durable n’est pas une question simple, que l’on pourrait réduire par exemple à la seule question du respect de l’environnement — toutes les dimensions de la vie humaine se trouvent impliquées et concernées : le rapport à la nature, la technique, la science, la morale, la politique, l’économie, la société, l’éducation, le droit… C’est une question transversale, qui invite à multiplier les angles d’attaque ;

2) n’étant pas une question simple, le développement durable n’est donc pas une question à laquelle on peut répondre simplement : c’est un problème, au sens précis du terme, problème qu’il s’agit d’abord de formuler, de construire, de poser. Si l’on veut poser ce problème, il faut non seulement diversifier les approches et les perspectives, mais aussi se garder, se méfier des opinions tranchées, des réponses péremptoires, des discours édifiants et moralisateurs.

Notre objectif n’est donc pas de faire la leçon, ou d’apporter des réponses, mais de poser des questions, ou de proposer des pistes, des outils, des éléments de réflexion pour provoquer et nourrir le débat.

J’ai donc choisi aujourd’hui un thème de réflexion parmi d’autres, un thème pouvant servir de piste ou peut-être même de point de départ pour une discussion sur le développement durable : ce thème, c’est la notion de responsabilité — notion que l’on associe souvent à celle de développement durable, et notion sur laquelle il peut être intéressant de s’interroger.

L’hypothèse que je voudrais proposer ici (mais ce n’est, encore une fois, qu’un élément de réflexion), c’est que poser la question du développement durable oblige à repenser complètement notre conception de la responsabilité

L'axe environnemental avec projection du film "le pollen de le discorde"

et l'intervention de deux apiculteurs.

Projection du film “Le Pollen de la Discorde” Réalisation soutenue par le syndicat des Apiculteurs Professionnels de Rhône-Alpes et le Conseil général de l’Isère.

La projection “du Pollen de la Discorde” aide à mesurer les risques que la présence de maïs transgénique fait courir à la vie des abeilles et donc à la biodiversité.

 

Résumé intervention Olivier Ponton sur la notion de Responsabilité-horizon 28 03 2010.doc


1) Le devoir et la contrainte


Un point de départ intéressant et tout simple pour définir la responsabilité est de s’interroger sur la notion de devoir, par exemple en distinguant le devoir et la contrainte. Distinction traditionnelle en philosophie : la contrainte s’oppose à la liberté, alors que le devoir suppose la liberté.

Deux exemples :

- la contrainte de respirer : je suis soumis à cette contrainte, au sens où je ne peux pas faire autrement que de respirer — être contraint de faire quelque chose, c’est être dans l’impossiblité de ne pas pouvoir le faire (il m’est impossible de ne pas faire ce que je suis contraint de faire) ;

- le devoir de ne pas mentir : c’est parce que je peux mentir que c’est un devoir pour moi de ne pas mentir ; s’il m’était impossible de mentir, je ne pourrais pas dire qu’il est de mon devoir de ne pas mentir.


Le devoir suppose en fait deux choses :

- la liberté (liberté de faire ou de ne pas faire son devoir) ;

- la tentation : un saint ou un ange n’a pas de devoir, car il n’est pas tenté de faire autre chose que son devoir, il fait spontanément ce que l’homme fait par devoir. Le devoir suppose donc que l’on ait à résister à un désir (c’est parce que je peux être tenté de mentir que c’est un devoir pour moi de ne pas mentir).


Mais dire que le devoir suppose la liberté, c’est dire aussi qu’il suppose le pouvoir : le devoir suppose le pouvoir, et la tentation de faire un mauvais usage de ce pouvoir. Or, ce devoir qui suppose le pouvoir, c’est précisément ce qu’on appelle responsabilité. On est responsable lorsqu’on a le pouvoir de faire quelque chose, et la tentation de faire un mauvais usage de ce pouvoir — et plus on a de pouvoir, plus on est reponsable.


Un cas intéressant (qu’analyse François Dagognet) : les techniques médicales, qui nous donnent un pouvoir que nous n’avions pas auparavant. Par ex. l’échographie et la technique du diagnostic prénatal, qui permet de dépister la trisomie 21, du moins d’évaluer le risque d’avoir un enfant trisomique. Associée aux lois réglementant l’IVG, cette technique permet donc de garder ou de ne pas garder un enfant trisomique. Analyse de Dagognet : la techique nous permet ici de choisir là où auparavant nous n’avions pas le choix, de prendre une décision là où il n’y avait rien à décider. Elle accroît donc notre liberté et notre pouvoir.

Mais en accroissant notre liberté et notre pouvoir, la technique augmente notre responsabilité — c’est pourquoi certains préfèrent ne pas savoir et rejettent cette technique : ils préfèrent ne pas savoir pour ne pas avoir à décider, donc pour ne pas être responsable de ce qui leur arrivera. Si je décide de garder un enfant trisomique en connaissance de cause, je deviens en un sens responsable de mon destin. Ce n’est plus exactement une fatalité, comme si je n’avais rien su ou rien pu faire avant que l’enfant naisse.

Si on en revient à notre point de départ, la distinction du devoir et de la contrainte, on passe bien d’une situation de contrainte (je suis soumis à une fatalité que je ne peux que subir) à une situation de devoir (je dois assumer les conséquences de ma décision).


1) Hans Jonas et l’éthique de responsabilité

Le philosophe à avoir le plus profondément refléchi à ce problème du rapport entre la technique, le pouvoir et la responsabilité est un philosophe allemand (né en 1903 et mort en 1993) —Le Principe Responsabilité, publié en 1979. Et l’on en vient ici plus précisément à la question de l’écologie et du développement durable.


a) Une situation inédite

Le point de départ de Hans Jonas est un constat : grâce au progrès technique, les hommes ont désormais le pouvoir de mettre en danger l’avenir même de l’humanité — l’avenir même de l’humanité, c’est-à-dire aussi l’avenir même du monde, de la terre et de la vie sur la terre. Idée que la promesse de la technique s’est « inversée en menace ». Hans Jonas parle d’une « lueur d’orage ».

En d’autres termes : ce qui est donné et qu’on avait l’habitude de considérer comme allant de soi, ce à quoi on ne réfléchissait jamais avant d’agir (le fait qu’il y ait des hommes, qu’il y ait de la vie, qu’il y ait un monde), est brusquement menacé et remis en cause — ce qui était présupposé par la morale devient l’objet de la morale, ce que l’on ne prenait jamais en considération devient le cœur de nos préoccupations, et ainsi l’objet de notre responsabilité.


b) Qu’est-ce qu’être responsable ?

Pour répondre à cette situation inédite, Hans Jonas s’interroge sur la notion de responsabilité. Pour répondre à la question « qu’est-ce qu’être responsable ? », Jonas se demande d’abord ce que signifie « être irresponsable ».

Distinction entre irresponsabilité et étourderie ou inconscience : le joueur qui se ruine en jouant à la roulette, le conducteur qui roule après avoir trop bu, sont simplement inconscients, au sens où ils se mettent dans une situtation critique. Mais si le joueur qui se ruine est aussi père de famille, il n’est pas seulement inconscient, il est irresponsable ; de même le conducteur ivre, s’il a des passagers.

Il n’y a d’irrresponsabilité, donc de responsabilité, que lorsqu’on est avec d’autres, que lorsqu’on est en rapport avec d’autres — et ce rapport peut être défini comme un rapport de pouvoir : c’est le pouvoir que j’ai sur d’autres personnes qui me rend responsable (ex. le conducteur avec ses passagers, le capitaine du navire ou encore le père de famille qui joue tout son argent).


Mais la responsabilité du conducteur et celle du père de famille sont différentes — distinction entre responsabilité particulière et responsabilité totale :

- la responsabilité particulière est celle du capitaine ou du conducteur, responsable de ce qui arrive aux passagers pendant le voyage, mais ni de ce qui leur est arrivé avant, ni de ce qui leur arrivera après ;

- la responsabilité totale est celle des parents ou de l’homme politique, elle consiste aussi à être responsable de l’avenir, c’est une « responsabilité pour ce qui viendra ».

Archétype de la responsabilité totale : la responsabilité parentale. Belles pages de Jonas consacrées à la respiration du nouveau-né : le bébé ne peut pas survivre seul, il a besoin qu’on s’occupe, qu’on se charge de lui. La respiration du nouveau-né nous signifie que nous avons des devoirs envers lui, que nous sommes responsables de lui. Sorte d’appel muet de la vie : pour que le nouveau-né puisse vivre, il faut que l’on s’occupe de lui. C’est donc bien ici le pouvoir qui rend responsable : c’est parce que j’ai le pouvoir de lui permettre de continuer à vivre, c’est parce qu’en un sens le nouveau-né est à ma merci que je suis responsable de lui, et que je suis responsable de ce qui va lui arriver.

Formule de Jonas pour traduire le principe de cette responsabilité : « Tu peux, donc tu dois » (inversion de la formule de Kant).


c) Une nouvelle éthique

Cette analyse du concept de responsabilité, lorsqu’on l’applique à la situation inédite dans laquelle nous nous trouvons, permet de forger une nouvelle morale, une nouvelle éthique que Jonas appelle éthique de la responsabilité.

Passage plus précisément d’une éthique de la simultanéité (je suis responsable de ce qui s’est produit ou de ce qui se produit devant mes contemporains) à une éthique de l’avenir (je suis responsable de ce qui va se produire devant les générations futures). Idée d’une responsabilité totale, qui s’étend à l’avenir de l’humanité.

On peut ajouter que cette éthique de la responsabilité est une éthique à la fois de la peur et de l’espérance — l’espérance sans peur conduit à l’utopie, qui est selon Jonas foncièrement irresponsable ; la peur sans l’espérance paralyse et empêche d’agir (panique). Il faut que la peur et l’espérance se combinent et s’articulent l’une avec l’autre. Notion de souci : être responsable, c’est accepter de se faire du souci (n’est-ce pas le propre des parents, que de se soucier de l’avenir de leurs enfants).

Pour en terminer et pour en revenir au thème de notre journée, nous sentir responsable, « éco-responsable » comme on le dit parfois, cela pourrait être avoir le souci du développement durable, c’est-à-dire le souci de la terre et du monde, de la nature parce que nous avons le souci de la vie, et le souci de la vie parce que nous avons le souci de l’humanité et de la vie humaine.


-------------------------------------------------------------------------------------


abeille-butineuse_2440.jpg

Résumés du film "le pollen de la discorde" et de l'intervention des apiculteurs.

Le pollen est une poussière produite par les organes masculins des plantes. Il est lié à la reproduction sexuée des végétaux. Il entre avec le nectar dans la composition du miel et sert à nourrir les larves d’abeilles.

En volant de fleur en fleur, l'abeille contribue à la pollinisation des espèces et assure la production de fruits et légumes que nous consommons. Pour les scientifiques, il est acquis aujourd’hui, que la disparition des abeilles entraînerait à terme celle de l'humanité.

Le maïs transgénique produit son propre insecticide. Ses défenseurs estiment que les abeilles ne butinent pas le maïs, en conséquence, il n'est pas dangereux pour elles, ni pour les plantes qu'elles vont polliniser..

Les apiculteurs, au cours d'une expérience suivie par huissier ont prouvé que les abeilles butinaient le maïs !L'étude de la récolte de miel de tournesol produit par les ruches proches de champs de maïs transgéniques a permis de démontrer qu’une part importante du pollen de maïs (parfois 40 %) composait le pollen récolté.

Les cultures environnantes sont contaminées par le transport du pollen de maïs par les abeilles.

Autre problème sur lequel aucune étude n'a été conduite : le pollen est transformé en nourriture pour les larves, quelles seront les conséquences sur les abeilles ayant consommé du pollen contaminé ?

 

Messieurs LAURENT, président des apiculteurs et FARISSIER ont animé le débat autour de la toxicité des OGM, du principe de précaution, de la protection de la biodiversité dont les abeilles sont les garantes.

Le public a été invité à se rendre au rucher-école de Saint-Chamond et aux animations prévues pendant cette semaine du développement durable afin de mieux connaître les abeilles. En cette année internationale de la Biodiversité, cette invitation conclut cette journée sur une note d’espoir : l’homme peut trouver des solutions locales pour contribuer à faire face au désordre global auquel il soumet notre chère planète !

 

Les commentaires sont fermés.