Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2012

Renée Peillon à l'honneur

 « La Résistance chez Nous »

 

R.Peillon 01_11.jpg

 

 

Vendredi 13 janvier, l'association Horizon La Grand croix rassemblait salle polyvalente du centre social au Dorlay,une cinquantaine de personnes attirées par  les  conférences  organisées sur le thème de  « la Résistance chez Nous »

 

Madame Chomienne puis Maurice Jean Philibert ont présenté des faits de résistance intervenus dans la vallée du Gier. En fin de séance, Antoine Bonnay, résistant de la première heure a répondu aux questions des auditeurs.

Il fait partie de cette génération qui a su dire non à la défaite et à la collaboration.

 

« Rien n'est plus important dans l'histoire diu monde que de faire partie de ceux qui sont capables de dire non » (André Malraux)

 

Article presse R.Peillon.doc


 

Madame Chomienne a rappelé le conflit engagé en septembre 1939 soldé par l'occupation du pays. 

Ainsi, tout l'appareil de production industrielle passait aux mains des allemands notamment les entreprises de la vallée du Gier.Il faut mesurer l'audace du groupe Edouard Brodin et Christian Prunier qui dans la nuit du 23 janver 1944 a fait sauter le laminoir de forges et Aciéries de la Marine à St Chamond. Au lendemain de ce sabotage, il devenait impossibles aux troupes d'occupation allemande de poursuivre la fabrication des pièces blindées indispendables aux  chars.

 

Maurice Jean Philibert , avec l'appui d'un diaporama monté par Guy Lopez , a raconté l'histoire de René Peillon, jeune institutrice les conférenciers.JPGde La Grand Croix morte à 23 ans tuée à Givors par les troupes allemandes en déroute.Toute la famille Peillon participait à la désobéissance civile: le père Marcel ingénieur aux Manufactures Réunies de St Chamond mais également la mère Jeanne et  les filles Renée et Denise

Les rapports réguliers de Marcel Peillon (père de Renée) avec les services secrets anglais leur avaient permis de déterminer quatre entreprises de la vallée utilisées par la machine de guerre allemande. Il s'agissait

des  Forges et Aciéries de la Marine pour les pièces blindées

la Soie d'Izieux pour les produits entrant dans la fabrication des pneumatiques

les aciéries du Nord et Cégédur.

Le sabotage des laminoirs puis des autres entreprises par les résistants  évitera l'intervention de la Royal Air Force et le bombardement de la population de la vallée.

 R.Peillon 01_21.jpg

Renée Peillon faisait passer des messages cachés à l'intérieur du cadre de son vélo.

Institutrice à l'école maternelle du bourg à La Grand Croix, le jour, colleuse d'affiches ou agent de liaison la nuit, Renée Peillon paiera de sa vie son héroïsme.

 

Monsieur Bonnay, interviendra pour parler du « coup de Vaugris » sabotage d'un train convoyant des troupes allemandes dans l'Isère.Ils étaient 11 de la Loire, 5 du Rhône plus 2 téléphonistes qu'il n' a jamis rencontrés  pour accomplir ce haut fait. Il a regretté que  la nation n'ait jamais reconnu ce fait d'armes exceptionnel.

Des auditeurs se sont étonnés de son courage « Qu'aurait-on fait à l'époque? »

Pour Antoine Bonnay la question ne se posait pas il fallait refuser l'occupation et agir.

Il y avait pourtant les risques de délation et les menaces des collaborateurs.

 

 

 

A la question « le Comité National de la Résistance avait préparé un programme social pour l'après guerre. Est-ce qu'il n'a pas été perdu? »

 

 Antoine Bonnay a été déçu de l'attitude des politiques au retour de la paix .Ils n'ont pas tenu  leurs  promesses. Il s'est demandé avec amertume  à quoi a servi son sacrifice et celui de ses compagnons.

La réponse des auditeurs a été unanime  « A garder notre liberté »

Nous ne pouvions que le remercier pour son courage et lui lancer « Chapeau Tane Bonnay !»

 

Prochain rendez vous sur la résistance « Les Fusillés de La Bachasse » avec Maurice Jean Philibert

vendredi 3 février 2011 à 20h salle polyvalente du Dorlay rez-de-chaussée de la tour à La Grand Croix

 

 

Commentaires

je suis le fils cadet d'Edouard Brodin,membre de l'AS et chef du secteur J4 pendant ses activités de résistance.Il avait dans son équipe M. Chomienne.Est-il possible d'entrer en contact avec Mme Chomienne qui a relaté en 2011 le sabotage par le groupe de mon père du laminoir de st chamond .Merci d'avance pour tout renseignement

Écrit par : brodin jacques | 16/02/2013

Je vous communique les renseignements que vous souhaitez concernant Mme Chomienne:
Mail Chomiennemariefrance@free.fr
tel 0477731744
Par ailleurs si vous avez vous aussi des documents écrits ou photographiques concernant ces activités de résistance Mme Mazeau présidente d'Horizon et moi- même serions prêts à vous rencontrer.
Bonne réception. Guy LOPEZ

Écrit par : LOPEZ | 18/02/2013

Mon grand-père ayant le même nom que moi était téléphoniste et m'a souvent parlé de ces faits qui se sont déroulés au bord du Rhône. Si vous désirez me joindre pas de problème.

Écrit par : rollat | 05/09/2014

Les commentaires sont fermés.