Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2014

Conférence du 24/01/2014 Le chemin de Saint Jacques de Compostelle

 

P1240924.jpg

 Vendredi 24 janvier, à la maison de l'enfance, Horizon La Grand Croix a invité Gérard Boinon qui a raconté ses aventures sur le chemin de St Jacques devant une cinquantaine d'auditeurs attentifs.

 

Après la présentation de la soirée par madame Mazeau, Jacques Duffieux délégué pour la Loire des Amis de Compostelle est intervenu pour présenter son association et les cartes des chemins de pélerinage exposées dans l'entrée du centre social.

 

P1240916.jpg

Gérard Boinon engagea alors la projection de son diaporama

« le 6 avril 2011, je me suis lancé sur le chemin de St Jacques à partir de mon village de l'Ain: 

St Trivier sur Moignans, 1 800km m'attendaient. C'était le mois d'avril et les cerisiers étaient en fleurs. Pendant trois ans j'ai mûri ce projet. En étais-je capable? A mon âge ? Avec ma corpulence?Et puis un jour la décision est prise.Chemin de St Jacques à nous deux! »

Gérard Boinon, avec l'enthousiasmme et l'humour qui le caractérise captiva son auditoire pendant deux heures

Devant un public tour à tour silencieux ou  riant de ses réparties, il a fait défiler les paysages verdoyants du Forez , les plateaux  ventés du Velay et du Gévaudan , les ruisseaux et les petites églises à peigne de l'Aubrac...Sur le chemin, des rencontres avec Paul, Philippe, Marie de Lourdes venue d'Argentine, Chantal , prêts à partager le poids de leur peine et leur envie de vivre.

Conques, Moissac..

« Je rentre en Espagne à Roncevaux ». Le paysage change la province de Léon est sèche plate et sans arbre . Des champs de blé à perte de vue où s'étalent des coquelicots là où l'agriculteur a oublié les pesticides.

Dans cette solitude, pour le pèlerin, s'ouvre le temps de la réflexion.

La Galice lui succède, verdoyante, parcourue de ruisseaux enjambés par des ponts de pierres.

Des églises surgies de nulle part, des cathédrales somptueuses: Burgos...L'accueil des Espagnols est chaleureux. Aux gites, on retrouve ceux qu'on a rattrapés ou attendus, dans la bonne humeur , on s'échange des conseils pour soulager les pieds douloureux et éviter les crampes.

« Enfin, ou bout de 62 jours, la cathédrale de St Jacques est là, à portée de mains.Le chemin m'a porté jusque là . J'ai réussi ce défi mais à l'intérieur je suis devenu plus ouvert à la vie et à l'écoute des autres »

 

Les commentaires sont fermés.