Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2011

2è rendez vous du développement durable

Dimanche 10 avril, Horizon fêtait le « deuxième rendez vous du Développement Durable »

 

C'est dans la salle polyvalente au rez de chaussée de la tour du Dorlay, centre social de La Grand Croix, qu’Horizon organisait le  deuxième rendez vous du Développement Durable .

Autour de la salle, l'exposition du lycée horticole de Montravel sur le jardin et le potager, et une dizaine les plantes dépolluantes illustrent le thème choisi : la maison et son environnement .

Ce rendez vous du Développement Durable a attiré une quarantaine de personnes.

Quatre conférenciers se sont succédé 


 

►Les herbalistes, messieurs Layes et Bonnet ont présenté la diversité des plantes sauvages.

 

M.Bonnet.jpg

 

Ils ont souligné l'importance de la biodiversité mise à mal par notre mode de culture mécanisée utilisatrice d'engrais chimiques et de pesticides.

 

Leur mission dans les espaces verts de la ville de St Etienne est d'introduire une nouvelle forme de jardiner. Changer l'attitude de leurs collègues, du regard des responsables élus et du public, n'est pas facile.

 

Retourner la terre, éliminer la moindre herbe signifie « avoir un jardin propre » or le sol sans herbe se fragilise, il risque d'être lessivé.

 

En fait c'est appauvrir le sol en éliminant des bactéries ou des champignons microscopiques qui enrichissent le sol.

 

La grenilette (fourche-bêche) qui permet d'aérer la terre sans la bouleverser, est l'instrument le meilleur.

 

Les débris de tonte ou d'écorces gardent l'humidité et favorisent la présence de mycélium utile à l'arbre. Les jardiniers de St Etienne n'utilisent plus de pesticides mais compostent (recyclage naturel des végétaux)

 

Les auditeurs ont pris note des nombreux conseils à suivre.

 

Monsieur Fugit ingénieur chimiste enseignant à l'université Jean Monnet est intervenu sur la pollution à l'intérieur des bâtiments.

M.Jean Luc Fugit.jpg

 

Les vernis, peintures, matériaux de constructions, meubles en agglomérés, mais aussi produits d'entretien, le chauffage, émettent sur plusieurs années des polluants: ammoniac, benzène, formaldéhyde cancérigènes.

 

La VMC, l'entretien des appareils de chauffage mais surtout des produits de construction ou d'entretien moins agressifs permettraient de limiter ces risques.

 

 

 

L'après midi, monsieur Chomienne, architecte, a présenté l'étude paysagère commandée par la commune de St Paul en Jarez en préalable aux travaux de construction programmés àLa Merlanchonnière.

 

Monsieur Chomienne a mis en avant l'importance de la préservation du bâti caractéristique de l'époque des filatures comme le respect de l'ensemble hydraulique existant: bassin, biefs liés à l'histoire du site. Les élus sensibilisés à l'intérêt de ce patrimoine ont favorisé la réhabilitation de l'ancien et la limitation du nombre de maisons neuves.

 

Monsieur Ruiz a présenté en clôture les huiles essentielles. L'histoire d'Abessiences est liée à celle de la préservation de l'environnement. Tout est utilisé et recyclé.

 

Le premier, il a mis au point le chauffage au bois, en utilisant les écorces et les déchets de bois.

 

La filière bois en était à son balbutiement, Abessiences en a rappelé l'intérêt comme celui des plantes aromatiques et médicinales.

 

Ces conférences avaient un point commun: il faut jardiner autrement, construite autrement, préserver la diversité de notre patrimoine, il est encore temps.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.